Arnaud Guignant

Web et technique(s)

Nouvelles technologies

Imprimante 3D : Où en est-on ?

Dans l’article sur l’internet des objets je parlais d’aborder le sujet. L’annonce de la création d’une main mécanique via une imprimante 3D ainsi que le récent discours de Barack Obama sur l’état de l’Union sont l’occasion de faire un point sur l’impression 3D. Qu’est-il possible de faire, quels bouleversements cela peut-il introduire, quels problèmes cela peut-il poser ? 

imprimante_3d_solidoodleLe principe
Les imprimantes 3D permettent de passer d’un modèle virtuel en 3D sur une machine, à un modèle physique bien réel en superposant des couches de matière. Plusieurs matières peuvent être utilisées suivant les modèles d’imprimante (plastique, cire, plâtre…). La matière en entrée peut se présenter par exemple en bobines de filament.

C’est cher ?
Les prix ont beaucoup chuté, et certains modèles sont à des prix déjà accessible au grand public, comme par exemple cette Solidoodle vendue moins de 500$, ce qui la met en convertissant avec les taux de change d’aujourd’hui à moins de 400 euros. Comme toute imprimante il faut ensuite greffer le prix des consommables, mais l’on voit bien que l’on a commencé à changé d’ère et il ne faudra sans doute plus attendre bien longtemps avant que cela devienne un objet familier de nos foyers.
Mise à jour du 5 juin 2013 : une nouvelle imprimante 3d disponible à 347 dollars, soit environ 260 euros. Il s’agit de la Buccaneer de Pirate3D. Un nouveau pas dans la démocratisation de ces outils. Vous pouvez lire un article sur les numériques au sujet de cette imprimante.

Quelles sont les possibilités offertes ?
Les seules limites sont l’imagination, tant l’impression 3D peut offrir d’applications concrètes. Dans son discours du 12 février dernier, Barack Obama parle même de future révolution industrielle. Imaginez que de chez vous, vous pourrez trouver le plan d’un objet et lancer l’impression pour pouvoir l’utiliser immédiatement. Votre lave-linge tombe en panne un dimanche ? vous cherchez la pièce, vous l’imprimez, vous la remplacez. Besoin d’un outil spécial ? Vous l’imprimez. Etc, etc… On peut déjà imaginer de la vente en ligne d’objet à imprimer, et mêmes des objets open source, comme vous pouvez trouver des logiciels open source.
D’ailleurs, le site suedois The Pirate Bay à déjà ouvert une section pour faire du peer to peer d’objets.
Et on trouve déjà un certain nombre d’exemples d’objets réalisés au travers d’imprimantes 3D sur le net, comme un disque vinyle, un kit d’impression de coques pour Lumia proposé par Nokia, voire même une partie d’arme à feu.
Mise à jour du 25 février 2013 : une oreille fonctionnelle et biocompatible a été créée avec une imprimante 3D.

Quels sont les limites ou problèmes ?
L’impression 3D a sans doute de beaux jours devant elle, mais quelques problèmes commencent déjà à se poser. On a bien vu avec le mp3 et la dématérialisation de la culture que les ayants droit ont beaucoup de mal à s’adapter et à trouver un nouveau modèle économique. Cela peut engendrer des initiatives intéressantes, mais souvent ce sont plutôt des lois qui sous couvert de protection du copyright posent de nombreuses questions sur nos libertés individuelles. Nous risquons d’assister à la même chose avec les imprimantes 3D, car cela engendrera forcément des refontes de modèles économiques. Il y a d’ailleurs déjà eu une première plainte en piratage et il existe également un brevet de protection des fichiers numériques pour la 3D (sorte de DRM de l’impression 3D donc). Quand on voit tous les soucis qu’on posé les DRM, cela n’est pas encourageant. On voit également que la possibilité éventuelle de créer des armes à domicile n’est pas sans poser quelques problèmes.
Mise à jour du 22 février 2013 : cet article de Numerama annonce une présentation lundi d’un système de DRM pour l’impression 3D.

Conclusion
L’impression 3D est une technologie jeune, qui a besoin encore de maturité. Beaucoup de progrès sont à faire encore, notamment dans les différents matériaux qu’il pourra être possible d’utiliser. Mais les prix sont d’ores et déjà à portée du grand public et c’est une technologie qui promet de bouleverser nos quotidiens, mais également quelques modèles économiques. Espérons que cette maturation pourra se faire dans la sérénité au vue des défis, notamment juridiques, qu’apporte cette avancée. Après tout, les imprimantes papier n’ont pas tué les éditeurs, la cassette n’a pas tué la musique, il devrait en être de même pour l’impression 3D, c’est une mutation à accompagner.

Mise à jour du 3 mai 2031 : un article de fond très intéressant sur les problématiques de propriété intellectuelle avec les imprimantes 3D : http://www.framablog.org/index.php/post/2011/05/25/impression-3D-attention-danger

Mise à jour du 23 avril 2013 : un pas de plus franchi ? En tout cas, si la 3d commence à peine à de démocratiser, certains planchent déjà sur des imprimantes 4d.

  1. Alex44

    Un bon résumé des qualités, des contraintes mais aussi des dérives possibles autour de l’impression tridimensionnelle. Je suis assez partagé sur le sujet, d’un côté je me dit que ça peut apporter beaucoup notamment sur le plan médical (article : http://www.priximprimante3d.com/ ) où cela peut même sauver des vies et de l’autre je me dis que cela risque de causer de la concurrence déloyale au travers du non respect de la propriété intellectuelle. (http://www.pcinpact.com/news/81208-un-depute-deja-inquiet-piratage-par-imprimante-3d.htm)… En tout cas, une chose est sûr cela va créer un réel bouleversement dans notre façon de consommer.

Laissez un commentaire