Web et technique(s)

Actualité, Nouvelles technologies

Imprimante 3D : du montage à la première impression réussie

Après un premier article en 2013 sur les imprimantes 3D, j’ai (enfin) sauté le pas et fait l’acquisition d’une Creality Ender3 v2, un modèle d’entrée de gamme (moins de 300 euros). C’est donc le moment de passer de la théorie à la pratique, de faire les bons choix, de voir quelles sont les difficultés que l’on peut rencontrer sur les premières impressions, et comment arriver à les surmonter pour réussir ses impressions 3D. Cet article est le premier d’une série sur les impressions 3D.

Réussir ses impressions 3D

Choisir son imprimante 3D

La première étape consiste à choisir son imprimante 3D. Pour ce point, il sera affaire de budget dans un premier temps (car la fourchette de prix est plutôt large), et de suivre les tests sur différents sites spécialisés pour voir de quoi il en retourne. J’ai par exemple consulté cet article sur all3dp avec des tests comparatifs. Mon choix a donc fini par se porter sur la Creality Ender 3v2. Ce choix s’est fait en raison de son prix, et des excellents tests que j’ai vu à son sujet. Pour commencer, cela me semblait donc un bon choix pour se faire la main.

Avant l’impression 3D, le montage

Une fois l’imprimante livrée, commence la première étape à savoir le montage (si l’imprimante est en kit).

Montage imprimante 3D

Cela peut sembler compliqué au premier abord, mais au final, c’est assez simple et rapide. Il faut juste être vigilant sur différents points :

  • l’impression 3D, on s’en rend compte une fois qu’on a fait ses premières impressions, est une affaire de précision et de finesse. Il faut donc bien vérifier que tout est bien monté, que les montants sont bien à 90 avec le support, que l’axe des X (axe horizontal supportant le chariot avec l’extrudeur) est bien droit
  • veillez bien à tendre les courroies. Il y en a deux, une pour le tableau (qui bouge d’avant en arrière) et une pour le chariot avec l’extrudeur (qui bouge de gauche à droite)

Pour le reste, je vous invite à consulter d’une part le mode d’emploi fourni, et d’autre part de regarder quelques vidéos de montage si vous avez le moindre doute. De mon côté, j’ai consulté cette vidéo pour le montage de ma Creality Ender 3v2.

J’avais également au départ un peu de jeu sur le plateau (il n’était pas complètement stable). J’ai trouvé sur ce forum la solution, il fallait régler les excentriques sous le plateau pour serrer un peu plus.

Réglages du plateau de l’imprimante 3D

Une fois le montage terminé, vous avez maintenant hâte de lancer la première impression et de voir la magie opérer. Mais avant cela, il faudra passer par le réglage du plateau.

Rien de bien compliqué, mais en revanche c’est un point très important pour garantir de bons résultats d’impression. Le principe est assez simple. Je vais vous indiquer celui pour la Creality Ender 3v2, mais il est valable, à quelques éléments de menu prêts.

Pour le réglage, il vous faudra une feuille de papier standard. Il faut allumer l’imprimante, aller dans le menu « Prepare » et lancer le « Auto-home« . L’auto-home amène la buse de l’extrudeur à distance d’impression dans le coin inférieur droit.
Il faut glisser la feuille de papier sous la buse et régler le plateau pour faire en sorte que la buse vienne gratter légèrement la feuille. Le réglage est à répéter dans les quatre coins. Mais auparavant, il faudra toujours dans le menu « Prepare » lancer la commande « Disable steppers » pour libérer les moteurs des axes.

Attention de ne pas créer un déséquilibre trop important entre les différents coins pour éviter de tordre le plateau. Il vaut mieux faire monter les coins progressivement. Une fois les quatre coins réglés, refaites la même manipulation une dernière fois.

Le filament pour impression 3D : choix et mise en place

Maintenant que votre imprimante 3D est montée et paramétrée aux petits oignons, il vous manque un élément essentiel pour pouvoir vous lancer, il s’agit bien entendu du filament qui va venir alimenter la buse. Vous avez plusieurs choix de matières possibles, en fonction aussi de l’imprimante 3D dont vous disposez.

Je ne vais pas vous faire tout le détail des différents types, avec les avantages et inconvénients de chacun, je vais plutôt vous donner quelques liens où tout cela est fort bien expliqué. Vous pouvez par exemple aller sur ce guide d’achat qui vous explique en détail les différences, ou sur ce lien.
Pour débuter, en général c’est le PLA qui est choisi. Il adhère bien, et il a pour avantage aussi d’être fait en biomatériau, ce qui évite entre autres les vapeurs et odeurs de plastique. Il résiste en revanche mal à l’humidité et la chaleur, ce qui veut dire qu’il ne sera pas le bon matériau pour des pièces mécaniques par exemple.

Mise en place filament PLA imprimante 3DUne fois que vous avez votre bobine, il ne reste plus qu’à l’installer sur votre imprimante. Vous mettez la bobine sur le support situé en haut qui permettra à votre bobine de tourner et de libérer le filament.

Vous insérez ensuite le filament dans le moteur d’entraînement, pour qu’il sorte par le raccord pneumatique. Pour pouvoir l’insérer, vous ouvrez la pince pour écarter les deux roues d’entraînement. Il vous suffit ensuite de pousser le filament le long du tuyau pour arriver jusqu’en butée de la buse via l’extrudeur. Si vous êtes arrivés là, bonne nouvelle vous êtes prêts à vous lancer !

Lancer sa première impression 3D

Maintenant que tout est prêt, vous pouvez lancer la première impression 3D. Avec la Creality Ender 3v2, se trouve une carte mini SD contenant un chien à imprimer, durée prévue 2h. Idéal pour se faire la main, et avoir un résultat tangible sans que ce soit trop long.

Si vous le souhaitez, vous pouvez avant l’impression lancer le préchauffage.  Sur l’Ender3 v2 ce sera via le menu « Prepare » puis « Preheat PLA« . Sinon vous pouvez directement lancer l’impression (menu « Print » puis en choisissant l’élément à imprimer). Elle fera de toute façon au préalable un préchauffage et ne démarrera que quand la buse sera à la température paramétrée pour l’impression (en général autour de 200°C pour le PLA) et que le plateau sera lui aussi à température (dans le cas d’un plateau chauffant).

Et la magie opère enfin ! Vous pouvez voir des fins liserais de filament se déposer et prendre forme sous vos yeux.

Maintenant que vous allez pouvoir lancer vos premières impressions, vous allez rencontrer un certain nombre de soucis d’impression. Vous pourrez trouver des solutions à vos soucis d’impression 3D sur le deuxième article de la série sur ce blog.

Leave a Reply