Cryptomonnaies : minage, masternodes et staking

Toujours dans le cadre des articles sur les cryptomonnaies, nous allons aborder ici les différences entre le minage, les masternodes et le staking. L’occasion de faire le point sur ces trois méthodes permettant de générer des revenus passifs en cryptomonnaies.

Le minage de cryptomonnaies

C’est sans doute la plus connue des trois méthodes. Vous avez sans doute entendue l’expression « miner du bitcoin ». Le minage consiste à réaliser les opérations pour valider un bloc de transactions dans le cadre de blockchains en proof-of-work. Pour faire du minage, il faut donc déployer de grandes puissances de calcul. C’est possible au travers des GPU des cartes graphiques, plus rarement via les CPU, et même maintenant avec des machines complètement dédiées les ASIC.

Si vous souhaitez vous lancer dans le minage, je vous conseille cette vidéo pour orienter votre choix de matériel :

En tout cas, il y aura un investissement de départ non négligeable, sans parler de la consommation électrique qui peut s’envoler en fonction du matériel. Surtout en cette période où les prix de l’énergie flambent, c’est un élément non négligeable à prendre en compte.

Si vous souhaitez calculer votre rentabilité possible, vous pouvez vous appuyer sur cette vidéo, toujours de Monsieur-tk :

Attention, la vidéo date de début 2021, et forcément chaque modification de cours change la donne sur la rentabilité. Mais au moins vous aurez la démarche pour faire vos calculs.

Les masternodes

Un masternode est un nœud maitre sur un réseau. Il détient un exemplaire complet de la blockchain et sert à la validation des transactions. Il sont utilisés notamment dans les blockchains en proof-of-stake.

Pour ouvrir un masternode, vous n’aurez pas besoin d’une configuration très poussée. Peu d’investissement à prévoir, ni de consommation électrique qui s’envole. En revanche, il vous faudra posséder un grand nombre de token du coin dont vous installez un masternode. Le gros de l’investissement se situe là. Et pour certains coins, cela représente des sommes difficilement atteignable par tout un chacun. Pour pallier ce point, vous pourrez vous tourner vers des masternodes partagés. Vous achetez alors un part dans un masternode.

Le réseau récompense ensuite les masternodes qui valident les transactions. Dans le cas d’un masternode partagé, la récompense ainsi reçue sera partagée entre les propriétaires.

Si vous choisissez de vous lancer dans un masternode, choisissez bien le coin en faisant vos recherches. Car le risque ici c’est que le coin choisi n’ait à terme plus de valeur ou que le projet s’arrête. L’investissement initial est alors perdu.

Je vous mets une vidéo d’explication très complète sur le sujet des masternodes. Attention, elle date de 2018.

Et si vous souhaitez avoir une vidéo un peu plus récente, avec des études de rentabilité, je vous conseille d’aller voir celle-ci :

Le staking

Le principe de base du staking est de bloquer un coin pour le obtenir en échange des intérêts sur ce dernier. C’est un peu l’équivalent de placer son argent sur son livret ou sur une assurance vie.
Attention, quand on dit « bloquer », c’est relatif. Il est possible de débloquer les fonds, et de les obtenir dans un délai assez court (en général 24h, cela peut être un peu plus long sur certains coins). Donc un peu plus long que si les fonds étaient sur un livret. Et un peu plus court que s’ils étaient sur une assurance vie. Et le process de déblocage est en général très simple.

Le staking fonctionne sur des plateformes qui le proposent, et sur des coins qui reposent sur le principe de « proof-of-stake« . C’est un principe de gagnant-gagnant. De votre côté vous gagnez des intérêts, de l’autre la plateforme proposant le staking a des fonds importants dans ce coin ce qui lui permet d’être choisi plus souvent pour valider des transactions, et donc de générer des revenus.

Si vous avez décidé de « hodl » un coin (c’est à dire le conserver longtemps en espérant que sa valeur augmente), cela peut être un très bon plan car tout en gardant le token, il vous permet en retour d’avoir des intérêts. Attention, car pour faire de stalking il faut souvent bloquer les fonds sur une plateforme tierce ou un exchange. Selon le principe de « not your keys, not your coins », vu que les clés privées sont gérées par le site, vous êtes dépendants de ce dernier. Si le site se fait hacker, ou s’il ferme et que les concepteurs partent avec la caisse, vous avez un risque de perdre vos coins.

Il existe des possibilités de faire du « cold-staking », c’est à dire de faire du staking en utilisant des fonds stockés sur un cold wallet. Un cold wallet est un « portefeuille » stockant vos clés privés et qui n’est pas connecté à Internet. C’est la solution la plus sécurisée au passage pour stocker vos fonds, car vous restez propriétaires de vos clés privés. On peut citer par exemple les cold wallet Ledger qui propose le fait de pouvoir faire du staking tout en gardant les fonds au chaud.

Une vidéo de présentation du staking, toujours chez Monsieur-TK :

 

 

Laisser un commentaire