Vous n’en aviez jamais entendu parler (au moins avant hier), c’est normal. Qwant s’est développé dans le plus grand secret depuis deux ans. Son objectif affiché est clair : marcher sur les plate-bandes des gros acteurs en place, notamment Google. Pour cela, il veut (comme beaucoup actuellement, avec notamment l’annonce récente de la sortie de Graph Search) se positionner sur la recherche sociale. Mais pas que.

Dès la page d’accueil, sous la zone de recherche se trouvent des éléments qui semblent tirés de l’actualité. Ils reprennent les codes couleurs que l’on retrouve ensuite sur une recherche (vert pour le web, bleu pour le social, orange pour le live…).
Une fois la première recherche lancée, on se retrouve par défaut en mode « classic », face à une interface de réponse coupée en plusieurs parties distinctes :
– en haut, sur toute la largeur des résultats d’images et de vidéos
– ensuite 5 colonnes découpant les résultats par origine : web, live, qnowledge graph, social et shopping.

qwant_hexalive_moteur_recherche

D’autres présentations sont possibles :
– Mosaic (façon masonry)
– Media, pour un accès plus complet aux images et vidéos
– People, pour accèder aux personnes intervenant dans la recherche (assez bluffant ma foi).

Pour une recherche pure web, la visibilité n’est pas extraordinaire, en tout cas c’est peut être une habitude à prendre. Mais le fait de le reléguer tout à gauche de l’écran ne met pas vraiment cet élément en valeur.
Sur un résultat de recherche web, deux comportements possibles : au clic sur le texte, cela n’amène pas sur la page en question, mais permet d’utiliser cette page au travers des réseaux sociaux. Le clic sur le titre nous amène bien sur le site ramené par la recherche.

En revanche, l’avantage de Qwant est comme annoncé dans leur présentation d’avoir tous les résultats sur une recherche donnée d’un seul coup d’oeil. Et cela peut se réveler pratique une fois l’habitude prise.

Le Qnowledge graph quant à lui a la même utilité que son équivalent phonétique chez Google, à savoir donner une réponse directe à la recherche. Si vous tapez par exemple « Metallica » en recherche, vous aurez quelques données clés et la composition du groupe.
A noter la présence d’icône rouge avec la lettre « Q » qui semble faire partir le résultat choisi vers le Qnowledge Graph, sans connaître pour l’instant l’utilité précise de la manoeuvre (pour que le Qnowledge graph se constitue petit à petit ?).

Etant donné que le moteur va chercher sur de nombreuses sources, et sans doute aussi du fait qu’il soit en béta et sollicité aujourd’hui du fait de son lancement récent, les temps de réponses peuvent être un poil longs, mais cela reste raisonnable (sur les tests que j’ai pu faire en tout cas).

Précision, la société qui développe Qwant est française, et est basée à Paris.

Bref, un moteur intéressant. Il va maintenant falloir voir d’un peu plus près et à tête reposée ce qu’il a dans le ventre, en faisant plusieurs tests, en regardant comme il gère son référencement et en le voyant progresser sans doute maintenant que la charge et les remontées risquent d’être plus nombreuses.

Mise à jour du 18 février 2013 :
De nombreuses questions se sont posées ce week end au sujet de Qwant.
Cet article d’Abondance regroupe un certain nombre de constatations et d’interrogations autour de l’origine des résultats de Qwant :
http://www.abondance.com/actualites/20130217-12274-qwant-moteur-de-recherche-ou-simple-agregateur-dinfos.html
Une réponse a été donnée par Qwant :
http://blog.qwant.com/qwant
Affaire à suivre !

Mise à jour du 22 février 2013 :
Suite aux différents échanges et au début de polémique du week end du 16/17 février, une interview a été réalisée par Olivier Andrieu d’Abondance :
http://www.abondance.com/actualites/20130221-12295-qwant-nous-voulons-lier-notre-outil-au-web-3-0.html
De quoi répondre à un certain nombre de questions.

Mise à jour du 14 mars 2013 :
Qwant va commencer à crawler le web avec Qwantify :
http://www.webrankinfo.com/dossiers/autres-moteurs/referencement-qwant