Pour un site de e-commerce, une bonne visibilité est d’autant plus importante que tout le chiffre d’affaires passe par le site. Travailler son référencement naturel est donc nécessaire, et il existe également d’autres façons d’apparaître aux internautes en quête de produits ou de services. Outre le positionnement, certaines erreurs sont à éviter dès la conception de votre site pour faciliter au maximum l’acte d’achat et rassurer vos internautes.
Un tour d’horizon des bonnes pratiques et des points à ne pas négliger.

Référencement naturel de votre site e-commerce

Un des premiers points à étudier est le bon positionnement naturel. Pour cela, il y a tout un ensemble de bonnes pratiques à respecter pour optimiser le bon positionnement dans les SERP de votre site e-commerce. N’hésitez pas à consulter les liens fournis, vous tomberez sur les sites d’experts en SEO.

Eviter le « duplicate content » en écrivant vous même vos descriptions produits
Google n’aime pas les contenus en double, donc si vous recopiez le descriptif produit du fabricant, vous risquez d’être considéré comme copieur et vous serez donc pénalisé comme tel. C’est un peu plus long, mais si vous voulez vous différencier auprès de Google et auprès de vos internautes, vous devrez écrire vous même les textes de présentation de vos produits. Je vous conseille cette lecture sur le sujet, ou ces exemples de fiche produit.
Il vous faudra suivre les règles de création de contenu pour le web, pour cela je vous propose deux lectures, ici et  sur le site Ecrirepourleweb.

Soignez le titre de la page et la meta description
C’est valable pour toute page, hors fiche produit d’ailleurs. Votre titre doit être unique, et il ne doit pas dépasser les 70 caractères. C’est ce que Google affichera sur le lien qui mènera à votre page depuis ses résultats, et c’est ce qui apparaîtra également dans l’onglet de votre navigateur.
La méta description quant à elle est limitée à 156 caractères pour un affichage correct. Sur Google, elle s’affichera sous le titre de votre page. Rédigez donc une méta description qui en quelques mots donnera les clés principales à votre internaute (et accessoirement à Google, c’est l’occasion de placer encore quelques mots clés).  Si vous ne remplissez pas cette méta description, Google ira piocher dans vos textes ce qui lui semble le plus approprié. Vous n’aurez donc pas la main sur ce que verra votre internaute, ce qui peut être dommage.

Gérez les liens vers votre site e-commerce (backlinks)
Ce qui va faire la réputation de votre site vis à vis de vos clients et vis à vis des moteurs de recherche sera la qualité des liens qui pointent sur votre boutique e-commerce. Vous aurez donc tout intérêt à regarder les liens qui pointent vers votre site car comme dans la vraie vie, quelqu’un qui a de mauvaises fréquentations mettra moins en confiance.
Il existe différents outils vous permettant de connaître les liens entrants. Vous avez par exemple Majestic SEO ou ahrefs. Si vous désirez simplement faire un point quotidien de vos liens, il vous suffira de vous inscrire sans prendre d’options payantes. Vous aurez alors des récapitulatifs sur tout ce qui rentre, que ce soit en nofollow (des liens mais qui ne rentrent pas en compte, ou très peu, dans le calcul de votre réputation ou ranking) ou en dofollow.
Si jamais vous voyez qu’un lien négatif pointe chez vous, vous pouvez le dénoncer pour éviter d’être mis dans le même panier par effet rebond. Google met à disposition un outil de désaveu de liens.

Vos urls doivent contenir des mots clés
En fonction de la plateforme que vous utilisez, vous pourrez activer la ré-écriture d’url qui vous permettra de placer vos mots clés dans les liens, et d’éviter les url du type ?id=178&page=2 qui n’apporte rien ni aux internautes ni aux moteurs de recherche. Pour plus d’informations sur la mise en place, je vous renvoie à ce tutoriel chez WebRankInfo.

Vos images doivent avoir l’attribut alt renseigné
Cela n’est pas ou peu visible sur le site, mais la balise « alt » de vos images ne doit pas être négligée. Elle peut être utilisée au survol de votre image ou via des options d’accessibilité, mais surtout elle donne des indications là encore aux moteurs de recherche. Une des façons de rechercher un produit peut se faire au travers de la recherche d’images (histoire de choisir le produit de visu sans avoir à rentrer dans de multiples sites). Avec une balise alt non renseignée, vous risquez de passer à côté de ces possibilités d’entrer sur votre site.

Créer un flux RSS contenant vos produits
C’est un moyen assez simple à mettre en place (prévu sur beaucoup de plateforme e-commerce) et qui vous permettra d’augmenter votre visibilité.

En clair, et c’est encore plus vrai au fur et à mesure des mises à jour de Google, tout ce qui va simplifier la vie de votre internaute ou lui fournir des indications pertinentes sera bon pour votre référencement.

Facilitez la vie de vos internautes

Votre site est maintenant optimisé pour se positionner correctement (SEO-friendly), reste à voir s’il est optimisé pour les internautes qui viendront le visiter (user-friendly). D’autant plus que si vos visiteurs viennent du fait de votre bon référencement naturel, il est possible que beaucoup ne connaissent pas votre site, il faut donc respecter quelques règles de bon sens et d’ergonomie pour qu’ils ne se retrouvent pas perdus.

Temps d’affichage de vos pages
Le temps d’affichage de vos pages est un des critères primordiaux d’une bonne expérience utilisateur. Sachez que plusieurs études ont montré la corrélation entre le chiffre d’affaires d’un site e-commerce et la vitesse de chargement de ses pages. Amazon par exemple perd 10% de son chiffre d’affaire par seconde de chargement en plus, ce qui est plutôt énorme.
De nombreux éléments entrent en jeu dans le chargement d’une page (base de données, scritps php, javascript, feuilles de style, cache…), et donc de nombreuses solutions existent pour auditer et corriger ces problèmes. En général, les solutions sont des solutions techniques. Si vous voulez auditer votre site, vous pouvez utiliser des outils comme celui de Google dont nous avons déjà fait un article dans ces pages. Vous obtiendrez différents conseils, classés par importance et par facilité de mise en place.
Ce que vous pouvez faire sans refondre votre site, et avant d’investir dans des serveurs plus puissants (inutile dans la plupart des cas, sauf si votre trafic explose) :

  • Réduire vos Javascripts et vos feuilles de style. Pour les javascripts, privilégiez des appels en bas de page, notamment s’il s’agit de javascripts externes (dans la mesure du possible évitez les js externes, mais pour certains services vous n’y couperez pas).
  • Mettre en place un système de cache (mais attention à son paramétrage).
  • Vérifiez les options d’optimisation si vous utilisez une plateforme particulière.
  • Optimisez vos images, d’autant que sur un site e-commerce elles risquent d’être nombreuses et de bonne résolution.
  • Utilisez des sprites CSS (un peu plus lourd à intégrer à un site existant). Pour plus d’infos sur les sprites CSS, vous pouvez aller lire cet article dans nos pages.

Pour de plus amples informations, je vous invite à aller voir ce site très complet sur l’optimisation de vos pages.

Faciliter l’acte d’achat
Cela peut paraître évident, mais il faut faciliter au maximum l’acte d’achat de vos internautes. Cela veut dire éliminer tout obstacle, tout doute et tout élément anxiogène.
Cela passe déjà par un bouton d’ajout au panier visible sur vos pages produit (au dessus de la ligne de flottaison) et par un panier également visible sur toutes les pages.
Mettez en place un système d’avis clients, c’est un facteur important de transformation en e-commerce, même si ces systèmes d’avis sont parfois mis à mal par de faux avis.
Travaillez également votre tunnel de vente pour ne pas le complexifier outre mesure, ne pas semer le doute chez vos visiteurs et ainsi éviter de perdre des clients potentiels en route.
Sachez qu’il est possible avec Google Analytics d’analyser votre tunnel de conversion (voir ce tutoriel par exemple ou celui-ci avec des cas un peu plus complexes). Vous pourrez ainsi mettre le doigt sur une ou plusieurs étapes où vous perdez des prospects, cela vous permettra de réfléchir aux optimisations possibles.

Achat d’espaces publicitaires et Marketplace

Pour faire connaître votre site e-commerce au départ, vous voudrez peut être passer par des campagnes vous permettant de vous faire connaître. Vous pourrez également vouloir bénéficier de l’intégration de vos produits dans des boutiques renommées (Amazon, Rue du commerce…), cela pourra se faire via les marketplace.

Google AdWords
La soution de Google permet d’acheter des liens sponsorisés sur des mots-clés. Le principe : vous achetez des mots clés, vous définissez une page de votre site, une période, voire une zone géographique, un montant quotidien ainsi qu’un coût par clic. Vous apparaîtrez alors en lien sponsorisé si le mot clé choisi est entré, positionné en fonction notamment de votre CPC (coût par clic), les plus gros étant positionné en tête (mais la pertinence entre aussi en ligne de compte). Si l’internaute clique sur votre lien, vous serez débité du coût par clic défini jusqu’à épuisement de votre crédit quotidien (vous n’apparaîtrez alors plus en lien sponsorisé).
Pour un tutoriel complet sur l’optimisation de vos campagnes, vous pouvez visiter ce lien.

Retargeting (ou reciblage)
Vous avez sans doute remarqué que quelques fois, après avoir surfé sur un site marchand, vous retrouviez lors de vos visites sur les sites suivants des bannières du dit site, vous proposant les articles que vous aviez consulté. Il s’agit de retargeting, ou reciblage publicitaire. Le taux de clic sur ces bannières est annoncé plus important que le taux de clic sur une bannière standard (2,5% contre 0,6% habituellement). En revanche, cela peut être considéré comme intrusif par l’internaute, et c’est une solution qui ne s’adresse pas forcément à toutes les bourses. La société française Criteo notamment propose des solutions de retargeting.

Marketplace
Certains sites de e-commerce intègrent maintenant une « galerie marchande ». Ils proposent leurs produits, mais proposent également l’intégration de catalogues extérieurs. Même s’il faudra sans doute rogner un peu plus vos marges que sur votre site, cela peut être l’occasion de vous offrir une visibilité importante. Si vous avez quelques produits à intégrer, vous pourrez le faire manuellement, au delà d’un certain nombre d’articles il vous faudra réfléchir à une automatisation du processus. Toutes les marketplace proposent dans ce cadre des API qui vous pourrez utiliser.
Vous pouvez ainsi vendre vos produits sur les sites suivants :

Soignez votre service client

Pour qu’un site e-commerce marche, il faut qu’il y ait une confiance de l’internaute. C’est la condition sine qua non, car un achat est un acte engageant pour lequel l’internaute attend un service.
Cela passe par plusieurs points :

  • Afficher clairement les délais de livraison moyens.
  • Proposer un retour de matériel.
  • Avoir une adresse postale physique et un numéro de téléphone où les internautes peuvent joindre un service client. Bref, être facilement joignable.
  • Surveillez ce qu’on dit de vous, notamment sur les réseaux sociaux et les forums. Cela vous permettra de réagir rapidement en cas de soucis avec un client. Il est plus simple de désamorcer une crise au départ, surtout qu’il s’agit souvent de mésententes, qu’une fois qu’elle a pris de l’ampleur. Sachez que dans ces cas là, la plus mauvaise réponse reste le silence.

Conclusion

Voici donc différents éléments qui peuvent vous aider à renforcer la visibilité et la conversion de vos internautes. Cela fait intervenir de nombreuses notions, il y a à la fois des points techniques (code, SEO), des points marketing.
Considérez cette liste de points comme un porte d’entrée pour creuser séparément chacun de ces éléments. Je vous ai mis pour cela quelques liens spécialisés dans les domaines abordés.
En tout cas, comme dernier conseil sachez qu’il vaut mieux grandir progressivement que vouloir brûler les étapes ou fausser la donne (acheter des liens, mettre en ligne de faux avis…). Les moteurs de recherche progressent dans leurs algorithmes, et les méthodes limites sont tôt ou tard repérées et la sanction tombe. Restez à l’écoute d’ailleurs car Google a annoncé vouloir s’occuper des sites marchands de mauvaise qualité.