Pour ceux qui ont raté le premier épisode, je suis en train de monter un serveur web auto-hébergé sous Ubuntu 12.04 LTS afin d’avoir la main sur mes données, et de ne plus dépendre d’éditeurs tiers. Après la mise en marche de mon serveur, la première grosse étape est l’installation et la paramétrage d’ownCloud.

Installation du serveur ownCloud sur Ubuntu

L’installation de ownCloud est on ne peut plus simple et est décrite dans la documentation à cette adresse. Pour faire simple, un ajout d’url dans la liste des dépôts, un apt-get update/install et le tour est joué. Une fois rempli les quelques informations nécessaires et classique (base de données, login…), il est déjà prêt à fonctionner.
Après, l’idée d’un ownCloud est de l’ouvrir à l’extérieur du réseau local pour profiter pleinement de ses possibilités (échanges de fichiers avec des amis, de la famillie, utilisation du client Androïd ou iPhone…). Dans ce cas, il est conseillé de passer pour des raisons de sécurité en HTTPS afin d’éviter que trop d’informations circulent en clair. Pour le coup c’est un poil plus complexe et pas forcément à la portée de Mr tout le monde, mais cela reste du domaine du faisable avec des tutos pour auto-générer son certificat et créer un VirtualHost qui va bien pour le port 443.
J’ai allégé de mon côté le VirtualHost (pour plus de détails sur les hôtes virtuels voir l’article sur ce blog consacré aux VirtualHost) et changé les chemins des certificats qui ne correspondaient pas au mien par rapport à ces deux tutoriaux.
J’ai rencontré aussi un problème. Lorsque je me connectais à ownCloud, j’avais bien l’entête avec le logo, mais dans la zone comprenant le formulaire de connexion j’avais un « introuvable » rouge. Après avoir jeté un oeil aux logs apache, il se trouve que j’avais mal indiqué le chemin de mon DocumentRoot dans le VirtualHost (si jamais ça vous arrive, vous saurez où chercher du coup).

Installation des clients ownCloud

Voilà pour le serveur, passons maintenant aux clients. Vous pouvez trouver les différentes versions sur cette page.
J’ai d’abord installé le client Windows sur un Windows 7. L’installation est simple est rapide. Ensuite, il vous suffit de configurer le client avec votre url https, ainsi qu’un couple login/mot de passe que vous aurez configuré sur votre serveur.
Par défaut, le client vous synchronise un dossier, mais vous pouvez en synchroniser d’autres facilement. Il vous suffit dans la configuration de choisir un dossier local, de lui donner un alias et de choisir dans l’écran suivant le chemin distant à synchroniser.

J’ai testé également le client Android. Toutes les fonctions attendues ne sont pas encore disponibles. Pour l’instant il s’agit de simplement synchroniser les fichiers, pas encore les contacts ou l’agenda qui seraient également utiles, mais laissons le produit mûrir encore. Au besoin, ownCloud utilise les standards calDAV et cardDAV, vous avez des applications permettant de gérer ces formats. Sur la gestion de fichier, cela reste encore assez basique, mais c’est fonctionnel. Une des fonctionnalités appréciable est de pouvoir automatiquement envoyer sur ownCloud les photos prises par l’appareil de votre smartphone après chaque prise de vue.

En revanche, j’ai eu un souci sur une installation du client Windows sur XP. L’installation et le paramétrage s’est bien passé, mais la synchronisation ne fonctionne pas et affiche un message d’erreur « Csync n’a pu trouver le fichier spécifié ». J’ai vu sur certains forums que je n’étais pas le seul dans ce cas, le problème est en cours de résolution apparemment. Affaire à suivre.
NB : J’ai trouvé la cause du problème ci-dessus. Le fait de partager un dossier avec un utilisateur (voir paragraphe suivant) crée pour lui un dossier « Shared » dans lequel se trouve le ou les dossiers partagés. Ce qui fait que le chemin distant n’est plus « Famille » par exemple, mais « Shared/Famille ». Problème de débutant donc 🙂

Partage de fichiers et dossiers avec ownCloud

Une des raisons qui m’a fait installer ownCloud est le fait de pouvoir partager et synchroniser des fichiers avec la famille et les amis.
ownCloud menuLa première étape est de déclarer des comptes utilisateurs. Pour cela, rendez vous dans le menu en haut à droite (avec votre login) et dans le menu déroulant qui s’ouvre sélectionnez utilisateurs.
Dans la barre du haut, vous verrez deux zones de saisie : « Nom de la connexion » et « Mot de passe ». Entrez ces deux informations, et validez par le bouton « Créer ». Une ligne s’ajoutera alors dans la liste des utilisateurs.
Vous pourrez alors définir à ce moment l’appartenance ou non de cet utilisateur au groupe admin, ainsi que sa limite de stockage éventuelle.

Votre compte utilisateur créé, vous allez maintenant pouvoir lui partager des dossiers. Pour cela, revenez dans la liste des dossiers. En passant votre curseur au-dessus de la ligne d’un dossier, vous allez voir apparaître en bout de ligne, avant la taille et la date de modification, des boutons permettant de renommer, télécharger et partager comme dans l’exemple ci-dessous :

ownCloud partage
En cliquant sur partage, vous allez pouvoir saisir les premières lettres du compte avec lequel vous désirez partager le dossier pour voir apparaître une liste des utilisateurs correspondant. Cet utilisateur pourra ensuite synchroniser par exemple ce dossier avec un de ses dossiers locaux via le client de synchronisation. A savoir qu’il faut se connecter à moins une fois à l’interface web ownCloud avec le compte en question avant la première synchronisation. Et par rapport à mon souci du paragraphe précédent, notez bien qu’un dossier « Shared » sera créé pour l’utilisateur avec lequel vous partagez un dossier. Dans ce dossier Shared vont se trouver les dossiers que les autres utilisateurs auront partagé avec lui. A intégrer dans l’arborescence distante dans le cas d’une synchronisation.

Pour avoir fait quelques tests, cela fonctionne plutôt bien et assez rapidement, les fichiers ajoutés en local apparaissent sur ownCloud et inversement. Pour l’instant, je n’ai pas beaucoup de recul encore sur une utilisation intensive de la bête, je mettrai sans doute cet article à jour un peu plus tard lorsque j’aurai plus d’heures de vol sur ownCloud.

N’hésitez pas de votre côté à nous faire partager vos retours d’expérience au travers des commentaires (DoFollow).